Detailed Information

Cited 0 time in webofscience Cited 0 time in scopus
Metadata Downloads

퀘벡 연극 연구: 노르망 쇼레트의 『왕비들』을 중심으로Etude sur le théâtre québécois: Autour des Reines de Normand Chaurette

Other Titles
Etude sur le théâtre québécois: Autour des Reines de Normand Chaurette
Authors
이용복
Issue Date
2016
Publisher
한국불어불문학회
Keywords
노르망 쇼레트; 퀘벡 연극; 셰익스피어; 리처드 3세; 내적 독백; 동성애자; 생 세바스티앙; Normand Chaurette; théâtre québécois; Shakespeare; Richard 3; monologue intérieur; homosexuel; Saint Sébastien
Citation
불어불문학연구, no.108, pp.251 - 287
Journal Title
불어불문학연구
Number
108
Start Page
251
End Page
287
URI
https://scholarworks.sookmyung.ac.kr/handle/2020.sw.sookmyung/10006
Abstract
Normand Chaurette, auteur dramatique québécois dont l'identité est fondée à la fois sur l'américanisme et la culture française et qui est nourri de ces deux cultures, est considéré comme celui qui a introduit une nouvelle dramaturgie ou une dramaturgie postmoderne sur la scène québécoise dans les années 80 avec René-Daniel Dubois, Michel-Marc Bouchard et Jean-Pierre Ronfard. En contraste avec le théâtre québécois de l'époque dont les caractéristiques étaient l'oralité, le messsage non équivoque et la faillite poétique, Chaurette met l'accent sur le côté littéraire, la musicalité du langage et le message équivoque. Il détruit également les formes dramatiques traditionnelles avec les fragmentations de l'action et le monologue intérieur qui s'adresse à l'interlocuteur muet ou au locuteur lui-même. Les Reines de Chaurette est constituée d’onze épisodes dans lesquelles les personnages libèrent leurs sentiments intérieurs y compris le désir pour le pouvoir et échangent des dialogues dans un langage poétique et symbolique doté de l'ambiguïté. La pièce a emprunté les personnages féminins de Richard III et d'Henri VI de Shakespeare. Ces personnages féminins sont aussi les personnes historiques du temps de la guerre des Deux-Roses en Angleterre et ils sont surtout des reines ou ceux qui veulent devenir reines. L'action de la pièce se situe le 20 janvier 1483 où le roi Edouard IV est mort. En réalité il est mort le 9 avril de la même année, mais l'auteur a modifié le fait historique pour l'intérêt dramatique. Le fait que l'auteur situe l'action de la pièce au 20 janvier est significatif dans la mesure où c'est le jour commémoratif de Saint Sébastien, martyr et en même temps icône des homosexuels. Chaurette qui est aussi homosexuel semble parler des parias de la société par le biais des reines dont le pouvoir dépendait complètement de leurs maris dans la société patriarcale. Les femmes écartées de la scène politique des hommes sont semblables à des personnes oppressées et isolées dans la société. En ce qui concerne le temps et l'espace, l'action se déroule le 20 janvier 1483 dans un espace clos du palais qui s'appelle simplement 'parquet'. On ne peut vraiment comprendre de quel endroit il s'agit. Dans cet endroit clos auquel seules les reines peuvent avoir accès, elles tiennent une cérémonie de 'l'élévation' chaque jeudi. Elles appellent le jeudi jour d'élévation où elles se complimentent tout en étant vêtues de belles robes et de perles. Bien qu'elles s'adonnent à cette cérémonie et se complimentent, elles parlent en mal les unes des autres et rivalisent entre elles pour avoir le pouvoir, même si leur pouvoir dépend de leurs maris. En particulier il y a l'antagonisme entre Marguerite, épouse d'Henri VI et originaire d'Anjou de France, et les autres femmes. Marguerite a perdu son mari Henri VI et son fils Edouard dans la guerre des Deux-Roses et ce n'est que Marguerite qui appartienne à la maison de Lancastre, tandis que les autres à celle d'York. C'est pourquoi elle veut quitter Londres et l'Angleterre pour aller en France ou en Chine, mais elle revient toujours à Londres. Les personnages de la pièce sont six femmes: la duchesse d'York, Anne et Isabelle Warwick, la reine Marguerite, la reine Elisabeth épouse d'Edouard IV et Anne Dexter, fille de la duchesse. La duchesse a 99 ans et elle est la mère des trois fils (Edouard, George et Richard) dont les femmes sont respectivement Elisabeth Woodville, Isabelle et Anne Warwick. Elles ont toutes, sauf Anne Dexter, le désir de devenir reine, mais en tant que femmes, leur pouvoir dépend de leur mari. En ce sens elles sont semblables à la lune qui brille en reflétant la lumière du soleil. Marguerite, épouse d'Henri VI, était reine; Elisabeth est actuellement reine étant épouse d'Edouard IV mais avec la mort de son mari, elle doit descendre du trône; Anne Warwick, épouse d'Edouard, fils d'Henri VI et Marguerite, se remarie avec Richard qui deviendra Richard III célèbre pour son physique déformé et son mauvais renom. La duchesse d'York, n'étant jamais devenue reine, demande à Anne Warwick de lui prêter la couronne pendant dix secondes avant de rendre son dernier souffle. Isabelle Warwick, épouse de George, est la plus ambitieuse, et elle monte et descend les escaliers sans cesse, ce qui veut dire qu'elle ne refuse pas de se baisser pour avoir accès au pouvoir. Elle veut absolument que son mari George devienne roi. Mais elle ne sait pas que son mari est déjà mort noyé dans un tonneau. La pièce est énigmatique dans la mesure où elle mélange les faits historiques et la fiction, et la mort de George n'est jamais clairement mentionnée, mais suggérée. L'auteur brouille volontairement les pistes, et les lecteurs ont du mal à distinguer la réalité historique de la fiction. En guise d'exemple, en 1483 où la pièce se passe, George (1449-1478) et Anne Dexter (1439-1476) sont tous deux déjà morts. Anne Dexter, soupçonnée d'une relation incestueuse avec son frère George, est condamnée au silence et ses deux mains sont coupées comme Lavinia dans Titus Andronicus de Shakespeare. Paradoxalement, son nom Dexter rappelle 'dextérité' qu'elle ne possède plus ni sur le plan physique ni sur le plan mental. Son désintérêt au pouvoir est à l’opposé des autres femmes. Elle ne garde que l'amour pur pour son frère George et à cause de son attitude désintéressée elle est traitée comme une étrangère ou une Espagnole. Cette pièce équivoque rend possible plusieurs interprétations: d'abord l’auteur veut mettre au point les reines qui dépendent de leurs maris pour bénéficier du pouvoir; ensuite les homosexuels comme des parias de la société. Cette multiple interprétation est possible dans la mesure où le langage de la pièce est ambigu et doté de symbolisme. Cette ambiguïté semble volontaire et la pièce pourrait être qualifiée d'une oeuvre ouverte.
Files in This Item
There are no files associated with this item.
Appears in
Collections
ETC > 1. Journal Articles

qrcode

Items in ScholarWorks are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

Altmetrics

Total Views & Downloads

BROWSE